Tous en cuisine !

Trésor du mois

 

 

L'attrait pour la cuisine, les régimes et recettes de santé, l'art de dresser une table : des préoccupations ou des loisirs qui ne sont pas propres à notre époque et qui occupent même largement nos aïeux comme en témoignent ces livres :

 

 

 

Le Cannameliste françaisThresor de sante, ou Mesnage de la vie humaine divisé en dix livres - 1607                                                          

Ce livre est un traité de diététique, rédigé par un célèbre médecin du début du 17e siècle. On y trouve la présentation de spécialités régionales et diverses recettes pour les accommoder.

 

Le Cannameliste français […] - 1751

C'est un des ouvrages majeurs du 18e siècle pour les confiseries. Il est caractéristique de la cour de Stanislas Leszczynski roi de Pologne duc de Lorraine, passionné de gastronomie.

Le mot Cannameliste vient de l'italien « cannamelle » (canne à sucre) et désigne une personne préposée aux liqueurs et aux confiseries au sens large (bonbons, fruits confits, etc.).

 

Traité de la patisserie

Les dons de Comus , ou l'Art de la cuisine, réduit en pratique - 1758                                                                                

Comus était le dieu latin de la joie et des plaisirs de la bonne chère. Cet ouvrage en trois tomes n’est pas qu’un simple livre de cuisine mais plutôt un répertoire des façons de préparer ou cuisiner certains aliments. François Marin était un cuisinier protégé par Madame de Pompadour et proche du roi. Véritable précurseur de la cuisine moderne, Marin a révolutionné la cuisine en inventant une sorte de cuisine nouvelle avant l’heure.

 

Nuevo cocinero mejicano en forma de diccionarioNéo-physiologie du goût par ordre alphabétique […] - 1839

Il s’agit d’un livre original de recettes alphabétique complété par la description d'anecdotes et d’une série de menus historiques, allant d’un dîner royal de 1666 aux dîners en ville de la riche bourgeoisie française du 19e siècle.

 

Traité pratique de la pâtisserie avec un aperçu des glaces, sirops et confitures - (vers 1895)

La Maison de Guerre, nommée « Pâtisserie anglaise » fournissait notamment les célèbres goûters de l'Impératrice. Son dernier propriétaire livre ici ses secrets. En frontispice : un gâteau de noces anglais pesant 50 kilos.

 

Nuevo cocinero mejicano en forma de diccionario - 1858

Publié pour la première fois en 1831, une décennie après l’indépendance, ce livre donna le ton à la cuisine nationale mexicaine. Peut-être le premier livre de recettes imprimé du pays et qui servi de modèle aux manuels de cuisine tout au long du 19e siècle.